«Les pratiques urbanistiques frauduleuses, c’est fini»

La Commune va intenter un procès à la SPRL FBDC (Ferme Smette). En cause, les très nombreuses et graves fraudes urbanistiques du site.

L’un des derniers points qui figurait à l’ordre du jour du conseil communal d’Ittre de ce mardi fut l’un des plus mouvementés. Le conseil devait donner son accord quant à une action à entreprendre en justice contre la demande de régularisation urbanistique introduite par la SPRL FBDC (Ferme Smette), et acceptée par la Région. «Le constat actuel face à cette SPRL, c’est qu’on leur a demandé de cesser toute activité tant qu’ils ne se mettent pas en règle d’un point de vue urbanistique, explique Pascal Henry, échevin de l’Urbanisme. Par la suite, on a constaté à de nombreuses reprises que depuis le début de l’année, ils continuent malgré tout leurs activités en toute impunité. Et donc, malgré le fait qu’ils demandent désormais une régularisation, on veut leur montrer qu’on ne tolère plus de telles attitudes à Ittre.»

Une volonté qui a surpris le groupe IC et Ferdinand Jolly. «C’est étonnant. Cette ferme constitue un joyau du patrimoine de la commune. Il faut permettre aux gens qui tentent de préserver les lieux en développant d’autres activités d’y arriver, d’autant plus qu’il n’y a plus de terres autour et que les aménagements non autorisés y ont été faits par les précédents propriétaires. Je suis aussi étonné qu’on s’y oppose avec des deniers publics. J’ai l’impression qu’il y a un lobbying d’un voisin mécontent derrière ce dossier…»

Cette pique a fait réagir Pascal Henry. «Du lobbying? Moi, j’ai l’impression qu’il y en a dans l’autre sens. Tout dans ce dossier est contre eux. Ils ne sont pas dans les règles, ils ne sont jamais venus nous voir à la commune, ils ne nous écoutent pas quand on leur demande de stopper leurs activités, etc. Et puis, tout d’un coup, ils obtiennent gain de cause car un délégué de la Région wallonne se rend sur le site? Et ne me dites pas qu’ils n’étaient pas au courant des aménagements non autorisés réalisés avant leur arrivée car le dossier vient de très loin. On parle en outre ici d’infrastructures urbanistiques importantes réalisées sans autorisation: un parking de 1 200 m2 asphalté, des transformations de la grange et du bâtiment agricole, la construction de citernes, de chambres d’hôte, des terrassements, etc.»

«Vous leur intentez un procès, c’est un non-sens»

Hélène de Schoutheete (IC) ne comprenait pas non la logique de la Commune. «Vous leur demandez de se mettre en règle, ils le font et maintenant vous leur intentez un procès, c’est un non-sens.»

«Cela nous paraît logique en termes d’équité. De nombreux citoyens se voient refuser un permis pour un simple changement de conditionnement d’air ou n’importe quelle broutille, a conclu Pascal Henry. Et ici, malgré tout ce qui a été réalisé sans permis, et leur attitude – imaginez qu’il y ait eu un accident alors qu’ils ne sont pas en règle – ils obtiendraient quand même ce qu’ils veulent? Ce ne serait pas juste pour les citoyens. Il faut désormais que tout le monde comprenne qu’à Ittre, la Commune ne fermera plus les yeux ou ne laissera plus faire de telles choses sans permis. Les pratiques urbanistiques frauduleuses, c’est fini.»

Une phrase qui a fait réagir plus d’un conseiller, dont Axel François (IC): «Vous ne pouvez pas dire ça. Vous avez des preuves de ce que vous avancez? Non? Et bien alors on se tait.»

Pourtant, au vu des infractions nombreuses et de grande envergure, il est certain que la Commune a «laissé faire» durant des années… ou n’était pas au courant!

Quoi qu’il en soit, le vote a joué en faveur d’une action en justice: oui de la majorité, abstention de Pacte, non d’IC.

avenir.be

Publié par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.