Tribunal d’Arlon : les infractions urbanistiques à l’honneur

Le tribunal a examiné plusieurs dossiers de ce type ce lundi

Il a longuement été question de dossiers relatifs à différentes infractions urbanistiques lors de cette rentrée judiciaire au tribunal correctionnel d’Arlon. C’est d’ailleurs l’un des principaux changements de cette rentrée : certaines matières ont été (ou seront) plus souvent jugées à Arlon. C’est donc le cas pour les infractions en matière d’urbanisme. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que le substitut Gourdange, que l’on peut souvent voir siéger au tribunal de Neufchâteau et qui est plutôt spécialisé dans ce domaine, était présent en tant que substitut du Procureur ce lundi.

Plusieurs dossiers introduits par la Région Wallonne ont été mis en avant. Celui-ci a attiré notre attention. On reproche à cet exploitant agricole qui exerce une activité secondaire, de ne pas s’être mis en ordre du point de vue urbanistique et environnemental. L’homme est originaire de Bertogne. Il possède plusieurs terrains agricoles dans la région. Terrains sur lesquels des entrepôts/garages ont été construits ces dernières années. Ce qui cloche, ce sont plutôt les « à-côtés ». L’individu y stocke parfois des véhicules. Et il n’est pas rare de voir des hydrocarbures s’échapper des entrepôts et terminer dans la rivière toute proche. Ou encore de vieux pneus, comme on en voit souvent dans ce genre de lieu, stockés sur l’un de ses terrains. Bref, une situation qui l’a déjà amené à s’expliquer devant le tribunal en février dernier. Il avait six mois pour se mettre en conformité et obtenir différents permis d’exploitation, bien nécessaires s’il souhaite poursuivre son activité. Mais il traîne à faire le nécessaire. Il risque donc une nouvelle sanction.

« J’ai dû m’occuper de ma femme. Je n’ai pas non plus de l’argent à dépenser pour ce genre de chose. On me réclame environ 60 000 euros. Qu’est ce qu’ils croient à la Région Wallonne, que ça se fait en un clin d’oeil? Je le ferai dès que possible », clame notre homme devant la juge Brilot. A l’avenir, ce genre d’affaire risque donc d’être courant au tribunal d’Arlon.

 

dh.net

Publié par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.